Bannière Réseau international d'écoles doctorales en sociologie/sciences sociales
Rechercher

Bienvenue sur le site du RéDoc

Bienvenue sur le site du RéDoc, réseau international d’Ecoles doctorales en sociologie/sciences sociales, créé par l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), avec l’appui de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Pour en savoir plus, cliquez ici.

Université d’été 2010

UNIVERSITE D’ÉTÉ 2010 EN SOCIOLOGIE

Université de Lausanne, du 21 au 25 juin 2010

Une initiative conjointe du Programme doctoral romand en sociologie, de la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne et du Réseau international des écoles doctorales de l’AISLF et de l’AUF

 
Nombre de doctorants : 50
Nombre de professeurs chercheurs: 20

 

Programme : U.été.PROGRAMME4-1

Plan du campus : Plan campus université

Informations utiles : Feuille d’instruction

Présentation générale de l’Université d’été

Dans le cadre du Réseau international des écoles doctorales de sociologie/sciences sociales entièrement ou partiellement de langue française, le Programme doctoral romand en sociologie a pris l’initiative d’une première Ecole d’été. Celle-ci aura lieu à l’Université de Lausanne, du 21 au 25 juin 2010.

Durant une semaine, les doctorants auront la possibilité d’assister à des conférences, de participer à des modules de formation et de présenter leurs communications lors d’ateliers. Les modules de formation aborderont des questions propres aux recherches en sociologie/sciences sociales et auxquelles tout candidat au doctorat se voit un jour ou l’autre confronté : les régimes  d’explication et les pratiques de terrain.


Module 1. Les divers régimes d’explication en sociologie

En sociologie, les différents régimes d’explication, de compréhension, de description et leurs nombreuses combinaisons se traduisent par des travaux très divers et contrastés, allant de la narration biographique à l’analyse statistique de causalité, en passant par la description minutieuse des interactions verbales. Définir une problématique, une des premières difficultés pour les doctorants, implique des choix entre de nombreux programmes ou paradigmes sociologiques (causal, fonctionnaliste, cybernétique, structuraliste, évolutionniste, actanciel, interprétatif, ethnométhodologique…) dont l’articulation n’est pas évidente. La fragmentation des champs et des objets de recherche, la subdivision en « écoles », l’autoréférence et le cloisonnement des divers courants rendent ces premiers pas souvent incertains et mal assurés. L’objectif du module 1 est à la fois une présentation générale et une description des procédures scientifiques admises en sociologie, avec un effort de mise en relation avec les présupposés épistémologiques des divers programmes de recherche.

Module 2. Terrains et expériences de recherche

La seconde grande difficulté qui attend le doctorant est la confrontation avec son terrain. Ce module laisse de côté les rapports distants au terrain (impliquant questionnaires, entrevues téléphoniques, documents écrits, etc.) et privilégie les rapports de proximité (associés aux observations, entretiens, enregistrements, éventuellement à une implication active). Les terrains sont multiples, les modalités d’approche et d’immersion aussi, les recettes universelles d’approche et d’exploration peu plausibles, la singularité et la diversité des expériences importantes. Au-delà des guides d’entretiens et des grilles d’observation, il y a un ensemble de savoirs et de savoir-faire qui s’acquiert avec l’expérience de la diversité des terrains. Le module 2 se centre sur cette expérience du terrain.

Ce module abordera les questions suivantes : 1) Approcher un terrain. Chaque terrain présente des ouvertures et des difficultés d’approche particulières, selon qu’il est public ou privé, en paix ou en conflit, stable ou volcanique, etc. Ce qui ici nous intéresse, ce sont les stratégies suivies pour obtenir l’accès à des terrains (manières de présenter les objectifs et les retombées de la recherche, garanties fournies, légitimation académique, réseaux d’influence), les succès et les échecs. 2) Délimiter le terrain. Au-delà de la définition théorique de l’objet, la délimitation du terrain est rarement simple, entretiens et observations ayant toujours tendance à déborder une cible plus ou moins bien définie. Peur de l’extension insidieuse du terrain, peur au contraire de ne pas découper assez large. Redéfinition de l’objet, des objectifs et des méthodes au contact du terrain et raisons de ces réajustements. 3) Explorer le terrain. Les écarts entre les préceptes de l’entretien et les expériences d’entretiens sont fréquents. La relation enquêteur-enquêté : troubles, émotions, tensions, résistances, dérobades, solidarités, conflits de valeurs, etc. Modalités implicites de communication enquêteur/enquêté. L’expérience de la position d’observateur est très variable ; extériorité et étrangeté souvent d’un tel regard pour les observés ; efforts pour le rendre acceptable ; recherche de légitimité, de soutien, voire alliances tacites ou explicites. Les feedbacks aux enquêtés. Les écarts entre boîte à outils et réalités du terrain. Les situations mouvantes, voire explosives. Le surgissement de l’inattendu. Accéder au banal, au non formel, à l’illégitime. 4) Interpréter le terrain. Les oscillations entre terrain (voir, écouter, préinterpréter dans des relations vives) et bureau (noter, coder, analyser, prendre de la distance). Interpréter des matériaux faits d’interprétations. La pluralité des interprétations possibles. Ce que l’on retient et ce que l’on délaisse : la mise à l’écart, le non codé, l’insignifiant. Recherche de cohérence et violence de l’interprétation. Quoi dire, quoi taire : les devoirs de discrétion et de révélation. Expériences de rupture et d’articulation entre discours scientifique et discours ordinaire.


unil_redoc pdrs_redoc

9e Université d’été du RéDoc à Ottawa, juin 2018

La prochaine Université d’été (9e) aura lieu au Canada à l'université d'Ottawa du 18 au 22 juin 2018 sur le thème « De l’observation à la production de connaissances : les médiations dans la recherche en sciences sociales », sous la responsabilité de Nathalie Mondain (Université d'Ottawa). Le texte d'orientation est disponible ici.